La croix dans le vide

Hermann Bigelmayr Das Kreuz im Nichts

L'interprétation des signes et des symboles qu'Hermann Bigelmayr a insufflée à son œuvre « La croix dans le vide » invite donc les spectateurs à aiguiser leur vision et à méditer sur les images. Dans le meilleur des cas, on est gratifié d'un nouveau [regard]. Un regard qui rappelle que nous découvrons finalement - à partir de rien - en nous-mêmes, les ingrédients de la paix intérieure, afin de pouvoir contribuer à la paix extérieure, main dans la main, dans une communauté de valeurs renouvelée. Même si les mains ne sont pas encore tendues chez l'autre.

Peter Michael Lupp

Des limites de la croissance à La croix dans le vide

Depuis 2011, le lieu est placé sous le signe du thème principal « Les limites de la croissance » avec une installation du sculpteur munichois Hermann Bigelmayr (voir per annum MMXI ff.). Le contenu porte sur la présence d'une obsession omniprésente de la croissance dans notre société à bout de souffle.

Dans un contexte où les valeurs de l'Occident chrétien, telles que la miséricorde et la fraternité, sont de plus en plus délaissées, l'attention se porte sur la manière dont nous pourrions réussir à sauver notre intégrité morale dans un monde globalisé. C'est là le véritable débat sur la culture.

Dans ce contexte, Hermann Bigelmayr a été invité à poser un nouveau signe visuel à la fin de son travail de cinq ans sur le processus, qui a été complété et accompagné par un discours public et des réflexions artistiques au site culturel de la chapelle de Wintringen. Sa réponse artistique est une installation intitulée « La croix dans le vide », qui entre en résonance avec l'œuvre d'origine, une tige de blé surdimensionnée qui s'est brisée dans la voûte de la chapelle suite à une croissance effrénée.

Das Kreuz im Nichts

En face, dans le portail ouest muré de l'espace sacré, l'installation se reconnaît au premier coup d'œil comme deux carrés dorés lumineux qui, malgré leur gestuelle discrète, peuvent devenir porteurs d'une signification essentielle. Dans le mouvement de recherche de valeurs éthiques et spirituelles solides, l'œuvre invite à l'interprétation et peut être lue de manière tout à fait métaphorique.

La genèse de la composition de l'image

Le sculpteur, qui aime expérimenter, répond aussi régulièrement à l'appel de l'Église, qui souhaite mettre en valeur sa force créatrice dans l'environnement religieux des édifices sacrés. De ce point de vue, les interprétations artistiques de la croix en tant que symbole chrétien originel ne lui sont pas étrangères. L'origine d'une série d'œuvres intitulée « La croix dans le vide » - qui sont à chaque fois créées en fonction du lieu - repose sur les controverses qui ont surgi dans le cadre d'une commande pour la conception d'une installation de croix pour le nouveau cimetière de Munich-Riem, conçu en 2000 par l'architecte renommé Andreas Meck. Pendant le processus de conception, Bigelmayr a été confronté à la nécessité d'élargir l'interprétation classique de la croix pour une œuvre artistique dans le cimetière, de manière à ce que le lieu puisse être ouvert à des enterrements d'autres convictions religieuses.

Après quelques réflexions, l'artiste s'est servi d'un niveau de compréhension supérieur pour résoudre le conflit d'intérêts. À l'extérieur du cimetière, une sculpture de neuf mètres de haut a été réalisée à partir de quatre troncs de chêne imposants disposés en carré. Au-dessus repose une pierre carrée imposante qui met littéralement les quatre pôles à la terre par le haut, comme si elle voulait maintenir ensemble les mondes humains terrestres et compréhensibles. Seuls ceux qui s'approchent de l'œuvre de l'intérieur et dirigent leur regard vers le haut peuvent affiner leur vision. Pour certains, la structure d'une croix se donne à voir, pour d'autres, le symbole reste caché - dans le vide.

Das Kreuz im Nichts

Pour l'intérieur de la chapelle du cimetière voisin, Bigelmayr a utilisé une métaphore tout aussi simple, mais non moins clarifiante : la feuille vierge. Le double pliage d'une feuille de papier vierge sur l'axe central divise la feuille haptiquement en quatre autres carrés. Ce n'est qu'une fois la feuille déployée que des lignes s'élèvent et se croisent au-dessus du centre. Au toucher, on voit alors apparaître un signe marquant qui, depuis l'époque préchrétienne, veut exprimer une formule religieuse universelle : une croix. Si l'on choisit en outre un papier de grammage élevé, un petit triangle apparaît à l'ouverture du pli, juste à côté du point d'intersection. Cette image extrêmement fine de la liaison de quatre points cardinaux opposés, qui semblent naître du néant - ou s'y dissoudre par poussée inverse - a été articulée par le sculpteur, avec la finesse d'écriture que l'on sait, dans deux reliefs carrés en bois représentant la croix dans le vide.

Enfin, l'artiste insuffle à l'œuvre l'aura du divin surnaturel et de l'au-delà de manière traditionnelle, avec les feuilles d'or pur les plus fines dont il a recouvert et fait briller ses reliefs en bois, réalisés sur des dizaines de couches de craie soigneusement disposées.

Avec son commentaire artistique sur place, Hermann Bigelmayr a créé des symboles d'orientation de nature interreligieuse, qui permettent les perceptions les plus diverses, sans pour autant perdre de vue l'empreinte culturelle et religieuse déterminante du paysage dans lequel le lieu d'inhumation est inséré. Il en résulte pour ainsi dire une matrice de symbolique éthique fondamentale qui mérite d'être longuement observée et analysée.

Cela vaut donc la peine de regarder de plus près et d'explorer. Le néant iconique de Bigelmayr dans le carré d'or, en dialogue avec une croix qui semble se déployer, peut être lu, dans une approche analytique, comme une symbolique d'époque. Dans un monde qui part en vrille, il marque des points d'acupuncture pour une base éthique qui transcende les cultures.

Il ne faut pas oublier que la réponse artistique géniale au conflit - la croix dans le vide - a suscité un débat controversé sur la politique culturelle d'Obwald après sa mise en œuvre sur place.

www.hermannbigelmayr.de Das Kreuz im Nichts

« La croix dans le vide » au site culturel de la chapelle de Wintringen

L'installation de Hermann Bigelmayr « Les limites de la croissance » et le discours public qui l'accompagne aiguisent depuis 2011, au site culturel de la chapelle de Wintringen, la conscience du dépassement continu des limites écologiques de cette planète. Mais où se trouvent les éléments déclencheurs qui font que les hommes détruisent finalement les bases de leur existence par une pensée de croissance irréfléchie ? Comment transformer la prise de conscience ressentie en action ? Les ressorts et les origines du diktat mondial de la croissance se cachent-ils peut-être de manière insoluble au plus profond de l'humanité, là où se forment et se façonnent les valeurs ?

Dans cette mosaïque d'explications lacunaires, l'artiste a trouvé des points de référence à ses travaux précédents dans le site culturel de la chapelle de Wintringen. La réalisation des deux reliefs muraux « La croix dans le vide » en fonction du lieu, comme support d'interprétation pour une confrontation adéquate, est devenue la stratégie artistique de choix.

La « croix dans le vide » de Bigelmayr offre donc un pendant pictural à la symbolique des visions religieuses traditionnelles du monde, sans oublier de nous tendre un miroir.

C'est donc à dessein que les deux reliefs carrés sont suspendus comme des icônes devant le portail muré qui semble ne pas vouloir autoriser de percée. Juste devant, un paysage qui s'est consacré à la cohabitation européenne dans le cadre de la relation franco-allemande dans le cadre d'un Eurodistrict et qui, en tant que réserve de biosphère, fait en même temps la promotion de formes de vie durables. Mais ce n'est pas beaucoup plus loin, aux portes de l'Europe, que les guerres et les crises ébranlent des systèmes étatiques entiers et des religions mondiales. Il est souvent impossible d'identifier les véritables pyromanes, mais le foyer d'incendie flambe et se propage. Le regard sur la structure du monde est déterminé par des flux incessants de personnes déplacées.

Dans notre pays aussi, on se demande avec inquiétude dans quelle mesure les croyances religieuses ont une part de responsabilité dans ce phénomène, puisqu'elles comportent parfois une apologie de la violence. Mais pourquoi les cultures établies et leurs religions manquent-elles de substance pour réconcilier le monde ?

La mission des réserves de biosphère de l'UNESCO, en particulier, ne fait-elle pas obligation de faire avancer de manière intensive la recherche régionale sur les fondements éthiques de la cohabitation durable et pacifique entre les hommes et en harmonie avec la nature ? Les concepts interculturels et interreligieux pour une éthique réconciliatrice ne sont-ils pas prioritaires dans le projet de paix européen ?

Telles sont les questions mises en lumière par « La croix dans le néant » au site culturel de la chapelle de Wintringen. Puisse le visionnage déclencher des impulsions créatives chez les observateurs - vers des réflexions responsables sur les ingrédients personnels pouvant être apportés à une éthique réconciliatrice. Mais certains préféreront certainement s'agenouiller pour ne pas voir.

Le langage visuel - des signes et des symboles

L'histoire culturelle complexe du développement religieux et éthique de l'humanité et ses effets respectifs sur la paix intérieure et extérieure, sur l'unification ou la division, sur la désintégration ou l'avenir, prouvent que la moralité et l'éthique ne se décrètent pas. Les deux se basent cependant sur des relations de cause à effet qui ont été reconnues très tôt dans les visions philosophiques du monde de l'humanité. Celles-ci indiquent des possibilités proches de la vie qui permettent à l'être humain de s'affranchir d'une pensée figée et d'un esprit matérialiste au moyen d'une conscience imaginative.

Zeichen und Symbole

Confucius savait déjà que ce ne sont ni les mots ni les lois qui régissent le monde, mais en fin de compte les signes et les symboles. Il est reconnu que leur effet peut être décrit comme une forme autonome de communication non verbale, capable en outre de déclencher directement un dialogue avec l'inconscient. Les symboles et leurs catégories de signification fondées sur l'histoire de la culture envoient une impulsion à l'inconscient et stimulent la formation de la volonté.

Ces aspects peuvent être illustrés au moyen du langage visuel de l'œuvre de Hermann Bigelmayr. La force symbolique des signes qu'il choisit est si forte qu'il se limite à un format d'expression fondamentalement réducteur pour son travail de sculpteur. De cette manière, les différents thèmes se transmettent comme des couches superposées dont les significations respectives se laissent tisser en un champ d'action. Pour le spectateur, le dialogue conscient entre le langage pictural et la symptomatique ouvre des « thèmes de recherche » philosophiques compréhensibles dont les résultats - même s'ils sont insignifiants - peuvent être appliqués dans les réalités de la vie réelle.

Le « guide de lecture » suivant offre une possibilité d'ouvrir l'œuvre dans ses couches profondes en l'observant de plus près, afin d'élargir les répertoires de pensée et d'action du spectateur par cette approche didactique de l'art. Une observation d'abord isolée de la signification des différents symboles dans le contexte du lieu et de ses questions facilite ce processus.

La croix

Das Kreuz

Comme des lignes temporelles qui se croisent, les contours sur le carré de droite se déploient, selon la démarche de l'artiste décrite précédemment, en un relief de croix, presque comme si la croix du christianisme (qui ne s'est établie officiellement comme signe chrétien qu'en 431 après J.-C.) était revenue une fois de plus dans l'univers du prieuré médiéval de Wintrange, avec ses idées d'apocalypse, d'expulsion du paradis, de jugement dernier et de spirales d'espoir pour le salut des âmes.

Il semble toutefois que Hermann Bigelmayr ait également tenu à garantir une interprétation de la croix dans d'autres contextes culturels afin de permettre aux observateurs de tirer des conclusions plus larges. La ligne verticale est par exemple associée à la démarche droite de l'homme et donc à la sincérité ou à la rectitude. Cela explique également l'interprétation comme colonne vertébrale, axe du monde ou arbre de vie.

En revanche, l'horizontale représente le début et la fin, et donc le chemin de la connaissance, de la naissance à la mort. Toutefois, la connaissance ne sera acquise sur cette ligne que par celui qui s'efforce activement de réconcilier les contraires, de servir d'intermédiaire entre les polarités telles que le bien et le mal, le masculin et le féminin. Déjà dans le langage symbolique de l'époque préchrétienne, la croix est lue comme un lien entre les sphères : la ligne horizontale représente le terrestre et la ligne verticale le chemin du terrestre vers le céleste. Mais c'est la liaison des lignes par le milieu qui provoque la rencontre et la connexion synergique des deux sphères, le ciel et la terre. Le chevauchement symétrique des lignes pour former une croix permet de diviser une surface, comme la feuille blanche de Bigelmayr, en quatre segments de taille égale, qui évoquent à la fois les quatre éléments et le lien entre l'esprit et la matière chez l'homme.

Les lignes de séparation s'alignent en outre sur les quatre points cardinaux. Associé à un cercle, ce symbolisme permet de lire le cours du soleil à travers les quatre saisons et, en fin de compte, l'aspect holistique.

Source : www.wikipedia.org
Littérature : Sebastian Anneser, Friedrich Fahr, Peter Steiner : Kreuze und Kruzifix - Zeichen und Bild

Essence : En marchant debout, le regard se tourne vers la réconciliation des contraires. Passer pour devenir.

Le triangle

Das Dreieck

À l'intersection des lignes croisées, comme nous l'avons déjà décrit, un petit triangle - un symbole méditatif profond - se forme, que l'artiste met en évidence de manière marquante.

En tant que porteur de sens, le triangle isocèle permet les interprétations les plus diverses. Dans l'art chrétien, il est défini comme l'œil de Dieu qui perçoit tout, de même que comme le symbole de la Trinité de Dieu le Père, de Jésus-Christ et du Saint-Esprit. Le triangle orienté vers le bas fait en outre partie des symboles les plus anciens décrivant le féminin dans l'humanité, qui implique parfois la bonté, la compassion, la sollicitude. Dans la philosophie anthroposophique, les symboles décrivent des réalités qui peuvent être vécues comme une dimension existante dans la création du monde. Le triangle, par exemple, en tant que forme symbolique, décrit une réalité qui est également présente dans la création spirituelle ; il rappelle à l'âme la triplicité des mondes spirituels : Vie de l'âme, Matière, Esprit. Le triangle isocèle implique ici une exigence existentielle que la vie pose à l'être humain : l'équilibre et la compensation.

Source : www.wikipedia.org
Littérature : Dictionnaire de l'iconographie chrétienne, Rome 1994

Essence : Seule une interaction équilatérale, respectueuse et tolérante permet une orientation de l'existence individuelle et de la structure mondiale supérieure qui relie les cultures.

Le néant

Das Nichts

En face, dans le relief carré de gauche, le néant apparaît devant le portail ouest muré. Le carré ne présente manifestement aucune trace de traitement artistique, à l'exception de la feuille d'or qui recouvre le carré de bois non traité. Bigelmayr place délibérément l'absence d'intervention artistique, le vide indéfini sur le carré en face de la force symbolique insufflée par la sculpture dans son relief de croix, soulignant ainsi l'interaction. L'absence apparente de traitement artistique devient le format d'expression d'une expérience existentielle avec le néant, sans la condition duquel une nouvelle pensée au sens d'une (co)action créative dans le cercle mondial de la planète bleue n'est pas possible. En français, il existe à ce sujet le mot « néant ». Ce qui n'est pas, mais qui peut être.

Les interprétations philosophiques de l'Antiquité tardive et du début du Moyen Âge transparaissent dans cette possibilité de « réinitialisation » spirituelle au néant, au vide inévitable comme condition de la nouveauté salutaire. Selon Augustin, l'apparition de la création ne peut avoir eu lieu qu'à la condition d'un néant préalable, tout le reste ne serait pas création mais transformation continue. Dans l'histoire de la philosophie, l'éclairage de la possibilité du néant occupe une place centrale à travers les époques.

Dans un autre contexte, le néant cité au mur par Bigelmayr peut par exemple aussi être lu à travers les enseignements de Hegel et de Bloch. Hegel met le néant sur le même plan que l'être et les fait se confondre pour fonder ainsi le processus du devenir. Selon Bloch, l'homme vit dans le néant un manque qu'il tente intuitivement de combler. Bloch reconnaît en cela une constante fondamentale dans l'essence de l'humanité, une aspiration au dépassement, en fin de compte le principe de l'espoir.

Littérature : UTB Handwörterbuch Philosophie ; Henning Grenz : Die Entdeckung des Nichts (La découverte du néant), Hambourg 1999

Essence : L'être conscient, la compréhension en tant que transformation et le devenir se déploient à travers des espaces vides dans l'esprit (méditation dans le néant).

L'or

Das Gold

Dans toutes les religions du monde, l'or représente le divin, la clarté de la vie, le principe religieux de base qui donne de la valeur et qui reste le divin - la puissance supérieure - malgré toute l'influence de l'humanité. L'or est associé à la pureté, à la sagesse, au sacré par excellence. Dans l'alchimie du Moyen Âge, l'or représentait la lumière figée, l'obtention du centre, l'équilibre entre les pôles. En médecine anthroposophique, il était utilisé sous le nom d'Aurum metallicum pour stabiliser la structure de l'être, en cas d'épuisement et de faiblesse du métabolisme.

Hermann Bigelmayr semble s'intéresser à cette stabilisation de la structure de l'existence humaine et de la coexistence entre l'homme et la nature, et il prescrit logiquement de l'or en dosage homéopathique de feuilles d'or sur des commentaires artistiques proverbialement complexes.

Mais avec la dorure finale des deux reliefs, c'est finalement le rapport de cause à effet entre l'éthique et la nature humaine qui est mis sur la balance et laisse entrevoir l'une des causes pour lesquelles elle ne veut absolument pas s'équilibrer. La cohabitation humaine souffre aujourd'hui d'une grave maladie qui n'a souvent pas encore été diagnostiquée : l'indifférence. Celle-ci est due à un manque d'empathie. S'y opposer est un acte hautement personnel, non agressif, autodéterminé et non déterminé par autrui, et chaque gramme de plus permet de faire un pas vers l'équilibre nécessaire à la survie sur cette terre.

Littérature : Dictionnaire de l'iconographie chrétienne, Rome 1994

Essence : Le sacré naît dans l'empathie qui cherche l'équilibre entre les polarités.

Wintringer Kapelle

Épilogue

L'interprétation des signes et des symboles qu'Hermann Bigelmayr a insufflée à son œuvre « La croix dans le vide » invite donc les spectateurs à aiguiser leur vision et à méditer sur les images. Dans le meilleur des cas, on est gratifié d'un nouveau [regard]. Un regard qui rappelle que nous découvrons finalement - à partir de rien - en nous-mêmes, les ingrédients de la paix intérieure, afin de pouvoir contribuer à la paix extérieure, main dans la main, dans une communauté de valeurs renouvelée. Même si les mains ne sont pas encore tendues chez l'autre.

Une volonté de tendre la main et de se confronter aux signes de notre époque afin de façonner activement nos milieux de vie avec une poésie du cœur, au lieu de se dérober, serait une ouverture facile à apprendre. Des œuvres comme « La croix dans le néant » peuvent y contribuer.

Ils sont en effet capables de reconnaître les éléments constitutifs d'une éthique réconciliatrice - appelons-la « le divin derrière le néant » - et de les répandre comme des graines dans un champ en friche.

Wintringer Kapelle Marie Colombat - Cello

Impressions de la manifestation de lancement de l'année thématique : Marie Colombat a reflété le langage visuel en musique sur son violoncelle.