Prof Dr Andreas Fröhlich, 2024

L'art pour tous, l'art inclusif

Les galeries, les musées et les expositions spéciales se consacrent régulièrement à l'art de personnes aux capacités particulières - même si elles sont communément considérées comme « handicapées ». Le Site culturel Wintriger Kapelle, ce lieu impressionnant d'art et de culture dans la région de Sarrebruck et dans la réserve de biosphère UNESCO de Bliesgau, a de nouveau accueilli un tel projet artistique inclusif à la fin de l'année 2023. Des institutions pour personnes handicapées, des écoles et des ateliers spécialisés encouragent les activités artistiques, et notamment la création plastique de ces personnes. Certaines d'entre elles semblent douées de capacités très particulières, leur approche de la couleur, de la forme et du contenu est remarquable - indépendamment de leurs autres capacités.

La simplicité de la pièce, le calme qui s'en dégage m'ont fait penser à des « espaces de silence », comme nous aimerions toujours en avoir pour les personnes souffrant de handicaps spécifiques. Des espaces qui ne distraient pas, des espaces dans lesquels on peut se retirer, des espaces dans lesquels on peut s'occuper en silence de quelque chose - peut-être même d'un objet d'art. Un espace vide, un objet, une personne.

Andreas Fröhlich, professeur

Or, tout le monde n'a pas la même capacité d'expression artistique. Beaucoup plus de gens se rendent dans des musées, des expositions, des galeries et même des églises pour voir de l'art que pour en « fabriquer » eux-mêmes. Ils veulent se réjouir de l'art ancien ou nouveau, se laisser stimuler, apprendre ce qu'il y a de nouveau. Vous voulez regarder, vous laisser surprendre, voire provoquer. Vous souhaitez participer à l'art

Participation au patrimoine culturel de l'humanité ... est ma définition personnelle de l'éducation. Pouvoir participer à ce que les gens ont pensé, écrit, composé, analysé, construit ou formulé. Cela comprend également tout ce que nous appelons l'art : La musique, la poésie, la danse, le théâtre, l'opéra, la peinture, la construction et la sculpture. En commençant à devenir humain, l'homme primitif a déjà sculpté de petites figurines en os, créé des symboles, peint des illustrations sur les murs et ainsi créé de l'art. L'art fait manifestement partie du plus ancien héritage culturel de l'humanité.

Restrictions

Qu'en est-il de l'accès à l'art, aux objets d'art pour les personnes souffrant de déficiences sensorielles ? Déjà pour les personnes aveugles ou très malvoyantes, cela devient difficile, parfois il y a des visites guidées spéciales dans les musées où elles peuvent toucher les objets. Les mains dans des gants blancs en coton, pour éviter que les objets d'art n'entrent en contact avec la peau. Mais la peau n'entre pas non plus en contact avec les objets, c'est une sensation et un ressenti indirects, comme si les personnes voyantes devaient regarder à travers une vitre légèrement laiteuse.

Les images et les couleurs sont expliquées par le langage pour ceux qui ne voient pas, mais qu'est-ce que le JAUNE parlé pour quelqu'un qui n'a jamais vu le jaune ? Parfois, on propose aussi des feuilles spécialement gaufrées sur lesquelles on peut toucher des contours censés correspondre à ce que l'on voit sur une image.

Il est difficile d'imaginer l'impression que l'art peut alors produire.

Pour les personnes souffrant de handicaps graves et multiples, il n'existe presque aucune possibilité d'accès, la participation à ce patrimoine, même sous sa forme la plus simple, leur est refusée : elles ne peuvent pas toucher un objet, le prendre dans leurs bras, s'en approcher de très près pour le sentir ou le ressentir. Seul le regard serait autorisé. Dans notre culture, l'art est quelque chose qui se regarde, quelque chose avec lequel on doit garder une certaine distance. Mais vous êtes très nombreux à ne pas pouvoir vous orienter visuellement, c'est-à-dire que votre vue ne vous fournit aucune information utile. De plus, certains d'entre vous ne comprennent pas non plus le langage, de sorte que nous ne savons pas comment ils perçoivent leur environnement et les personnes qui s'y trouvent. Comment pourraient-ils appréhender l'art ?

Comprendre l'art

Une double signification qui s'explique d'elle-même : l'activité de départ est le toucher, le contact direct et recherché entre l'homme et l'objet d'art. Le sujet et l'objet se rencontrent, l'objet « résiste », il est dur, peut-être froid et d'abord étranger. Le contact, la main qui bouge sur la surface, les contacts entre un corps animé et un corps inanimé font lentement naître une forme. La profondeur, la circonférence, la forme, la surface, le matériau deviennent une unité que nous décrivons comme une Gestalt.

C'est exactement comme cela que nous avons commencé à appréhender le monde en tant que nouveau-nés. Nous sommes entrés en contact avec un objet, nous l'avons senti et avons commencé à l'« explorer ».

Tout d'abord, probablement avec la bouche : le sein de la mère, bientôt nos propres doigts, une tétine, plus tard le hochet, le nez d'un ours en peluche. Nous avons appris à faire la différence entre le vivant et l'inerte, entre ce qui bouge et ce qui reste immobile. Les êtres vivants et les choses. Nous avons essayé de faire bouger ces choses : les pousser, les frapper, les laisser tomber - mais, nous l'avons vite remarqué, cela ne les rendait pas vivantes.

Nous avons appris tout cela de manière sensorielle ou motrice, pas encore avec des concepts comme ceux que nous transmet le langage. Nous sentions, tenions, lâchions prise, englobions, nous nous aidions sans cesse de la bouche, recueillions des surfaces, des structures, des températures, des matériaux, des formes.

Grâce à ces expériences, à cette connaissance ressentie des choses, nous pouvons maintenant, en tant qu'adultes, apprendre beaucoup des choses qui nous entourent rien qu'en les voyant. Nous avons déjà beaucoup appris, nous pouvons distinguer les surfaces avec nos yeux sans les toucher. Pour nous, une figurine en bois est très différente d'une figurine en bronze, rien qu'en la regardant. Nous voyons les différentes surfaces, nous voyons même la différence de poids, de matériau. Nous n'avons plus besoin de toucher l'objet. Mais parfois, nous aimerions bien le toucher en cachette pour nous en assurer, pour avoir une impression plus concrète. C'est précisément cette impression concrète que j'aimerais donner aux personnes handicapées.

Réalisations

Pendant toute ma vie professionnelle, je me suis engagée en faveur de ces personnes, de celles qui ont besoin d'un contact physique direct avec d'autres personnes pour les percevoir, de celles qui ont également besoin de ce contact avec des objets pour comprendre quelque chose. En effet, comprendre, au sens premier du terme : toucher, sentir, tenir, embrasser.

Je m'intéresse tout particulièrement à la question de savoir comment permettre aux enfants de participer à l'art. Comment leur donner la possibilité de rencontrer l'art ? Comment cet art doit-il être conçu pour que des personnes qui utilisent d'autres moyens de perception que le simple regard puissent en faire l'expérience ?

Il y a des années, j'ai réalisé une sculpture, un bourgeon, pour les enfants d'une institution italienne pour enfants aveugles, malvoyants et polyhandicapés. La sculpture en bois de bouleau devait leur permettre de ressentir : maintenant, je suis à nouveau exactement ici, dans cette maison. Comme lorsque nous reconnaissons une certaine statue, une certaine image dans un hall d'entrée et que nous savons que cela fait partie de ce bâtiment, que je suis arrivé.

Un deuxième objet d'art en bois provient d'un érable qui se trouvait autrefois dans notre jardin et dont j'ai gardé un morceau pendant de nombreuses années. J'avais commencé à le travailler, puis je l'avais laissé de côté parce que je n'avançais pas. Maintenant, avec cette idée d'objet d'art « basique » immédiat, la bûche m'a aussi dit ce qu'elle voulait devenir.

La surface est entièrement orientée vers le toucher. J'ai travaillé des structures fines et variées et j'ai laissé les adhérences naturelles. Le bois n'est pas du tout traité - si quelqu'un devait le lécher, ce ne serait pas honteux. Il y a des coins et des bords, mais ils sont délicatement arrondis. On ne peut pas se blesser.

Il n'est pas nécessaire de reconnaître quelque chose de précis dans cet objet, il n'est pas nécessaire de savoir quoi que ce soit, ni de comprendre quoi que ce soit. Il suffit d'entrer en contact (= toucher), de ressentir. L'objet s'inscrit ainsi pleinement dans la tradition de l'art concret, il n'est pas une image, une représentation de quelque chose, il n'a pas de signification secrète, il n'est pas un symbole. Il est ce qu'il est.

Un lourd bloc d'érable à regarder pour les uns, à toucher, à sentir, à humer pour les autres. On peut l'enlever de son socle, la tige de laiton est simplement enfoncée dans le bois. On peut alors saisir l'ensemble, sentir sa lourdeur, sa température, sa force. Et peut-être peut-on chercher d'autres impressions dans les trous et les petites cavités.

Il est certain que si de nombreuses mains d'enfants et d'adultes passent sur le bois, celui-ci se transformera. Cela fait partie du jeu - il doit s'agir de rencontres artistiques, et celles-ci ont toujours un effet réciproque. C'est bien sûr un défi, surtout pour tous les conservateurs de musée, mais aussi pour les artistes eux-mêmes : une fois que l'œuvre a pris forme entre les mains de son créateur, une fois qu'elle est « finie », plus personne ne peut la toucher. Ce qui était jusqu'à ce moment-là un acte créatif, le travail avec les mains, est désormais un acte destructeur. « Ne pas toucher ».

L'objet est soustrait à tout contact direct - et c'est précisément ce qu'il faudrait briser si l'on veut que l'art soit accessible à certaines personnes qui doivent vivre avec de graves restrictions.

Je voulais suivre cette voie avec mes travaux, même si je ne suis certainement pas un « artiste », plutôt un dilettante qui peut faire des choses qui sont mal possibles, du moins pour l'art commercial.

J'ai suivi mes intuitions scientifiques des décennies précédentes et j'ai essayé d'en faire quelque chose.

Une stèle en bois de peuplier tendre et clair a été créée. On peut par exemple s'en approcher en fauteuil roulant, palper la surface ondulée, peut-être même regarder par l'ouverture et reconnaître un visage familier de l'autre côté. Les deux bras peuvent entourer la stèle.

Dans une institution suisse pour personnes sourdes-aveugles, il y a un autre bloc d'érable, anguleux, « abrupt » au premier abord, mais en le touchant, on découvre des surfaces douces : légèrement arrondies vers l'intérieur, des cassures et des arêtes qui conduisent à de nouvelles surfaces. Peut-être s'agit-il d'une sorte de « randonnée » à travers le monde de la montagne ? Ce bloc peut également être retiré de son socle, on peut le poser sur le sol et l'explorer depuis une position sûre.

Les collaboratrices d'un centre à Marseille ont souhaité un objet à suspendre dans la grande cage d'escalier.

Un morceau de prunier s'est transformé en une sculpture fluide et lisse, très agréable à poser sur les genoux, dont la surface flatteuse invite à ressentir de plus en plus avant.

Et là, dans cet établissement, il y a un concierge formidable qui s'est demandé comment les enfants et les adolescents gravement handicapés moteurs et mentaux pouvaient vraiment s'approcher de cet objet suspendu. Il a inventé une table sous laquelle on peut passer en fauteuil roulant, de sorte que l'on puisse s'approcher au plus près de l'objet. Et on peut même le descendre par la corde, il est alors posé sur la table, on peut le prendre dans les bras, on peut l'explorer avec la bouche...

Perspectives

Galleriebild #1

Ces objets ne sont pas une thérapie ou un entraînement de la perception. Il s'agit d'une rencontre ouverte avec un matériau façonné, de la découverte individuelle de ce qui est attrayant et beau, mais aussi de ce qui est surprenant et déconcertant.

Je souhaiterais que dans chaque musée d'art, au moins un objet d'art puisse être observé, touché, vécu directement par les sens : pour les enfants, pour les personnes âgées qui ne voient plus bien, pour les personnes malvoyantes et justement aussi pour les personnes souffrant de handicaps graves et multiples.

Le Kunstpalast de Düsseldorf a inauguré au début de l'année 2024 une exposition de l'artiste anglo-allemand Tony Cragg avec de grandes sculptures. À la demande expresse de l'artiste, l'exposition s'intitule : Please Touch, touchez s'il vous plaît. Et dans cette exposition, ce n'est pas seulement permis, mais aussi souhaité. La rencontre avec l'art enrichit, permet de participer à l'héritage culturel de l'humanité.

Actuellement, de tels objets d'art « basiques » de lui se trouvent dans les établissements suivants :

Fondazione Hollmann, Cannero, Italie
École spéciale générale à Zams, Autriche
École Andreas-Fröhlich à Krautheim, Allemagne
École du foyer pour enfants atteints de handicaps graves et multiples à Karlsruhe, Allemagne
Centre Tanne pour personnes sourdes-aveugles à Langnau am Albis, Suisse
Etablissement pour Enfants et Adolescents Polyhandicapés Decanis à Marseille, France

D'autres objets d'art sont actuellement en cours de réalisation.

Andreas Fröhlich a travaillé pendant de nombreuses années comme pédagogue au centre de rééducation du Palatinat occidental à Landstuhl. Après son doctorat, il a occupé un poste de professeur remplaçant à l'université des sciences de l'éducation de Rhénanie-Palatinat à Mayence, puis un poste de professeur à l'université pédagogique de Heidelberg et a ensuite travaillé à l'ancienne université de Coblence-Landau à Landau jusqu'à sa retraite.